fren
Saint Pierre Lafeuille - Lot
On vous laisse les clés...

HISTORIQUE

Construit du XIe au XVe siècle, Roussillon comportait huit tours, trois corps de logis, une chapelle et un cloître. Ce fut une forteresse doublée d’un château d’agrément.

Il semble avoir été édifié sur les vestiges plus anciens d’une place forte du Duc de Waïffre, duc d’Aquitaine, dans la guerre qui l’opposa à Pépin le Bref au VIIIe siècle.

             

Au XIIIe siècle, le château appartient aux Roussillon (parfois orthographié Roussilhon), famille de modestes chevaliers dont il tire probablement son nom.
Il devient ensuite la propriété de banquiers caorsins jusqu’au XIVe. 

La guerre de Cent Ans opposant alors Français et Anglais, Raymond d’Antéjac, seigneur de Roussillon, reconnaît au roi d’Angleterre des droits à la couronne de France, et ouvre son château aux Anglais en 1355.
Les consuls de Cahors obtiendront leur départ moyennant finance.

 

Le château passe alors par mariage aux de Jean, Vayrols, Auriole et Gontaud-Cabrerets qui le conservent jusqu’au XVIIIe.

En 1632, Jean III de Gontaud-d’Oriolle reçut le roi Louis XIII qui, de retour de Toulouse fit étape à Roussillon pour y déjeuner.

En 1728, Antoine-François de Gontaud-Cabrerets qui possède outre Roussillon, le château de Cabrerets où il préfère résider, afferme la seigneurie.
La Chambre de Madame est divisée en trois pièces par des cloisons pour servir de logement aux fermiers.
Délaissé par les seigneurs, Roussillon a perdu ses fastes.


Si le Château lui-même est peu entretenu, les terres de l’environnement constituent une source de richesse. Le mamelon que domine la vieille forteresse est couvert de vignes. Un document de 1766 nous apprend qu’on y récolte « du vin de table et du vin noir pour l’étranger » et « qu’il faut faire attention que le vin de Roussillon est d’une qualité bien supérieure à celui de Cabrerets ». 

A la révolution, Roussillon ne représente plus un symbole de puissance. Aussi n’est-il pas victime de la vindicte populaire. Mais sa ruine s’aggrave au début du XIXe lorsque les héritiers du Maréchal de Gontaud-Biron le cèdent à l'intendant de la propriété qui, le transformant en carrière, le démantèle systématiquement pour vendre les pierres qui serviront à construire les maisons des villages des environs. 


En 1958, Pierre et Marcelle Mailhol, enseignants aux lycées de Cahors, ont un coup de foudre pour les ruines du château. Passionnés de vieilles pierres, ils achètent alors Roussillon et entreprennent sa restauration. A cette époque, le château est enterré jusqu’au niveau du premier étage et parfois même du second par des décombres. On peut à peine deviner son architecture. 

                                                                     

D’énormes travaux ont été réalisés, pour rénover trois tours, deux corps de logis, et la Chambre de Madame qui a retrouvé les fastes d’antan. 

Jean-François Mailhol, le propriétaire actuel poursuit avec passion l’œuvre entreprise par ses parents.